Critiques de concerts

HAAGSCH COURANT

« Son énorme contrôle de la technique, son sens des nuances de couleurs et sa fine perception de la structure font d’elle une interprète idéale »

LA DEPECHE

Emmanuelle Swiercz parmi les grands interprètes

Elle a subjugué son auditoire.
Ce concert restera dans les esprits, celui du talent et de la présence d’une artiste exceptionnelle.
Du début de sa prestation jusqu’à la fin, l’auditoire a été subjugué par sa façon de jouer et de rendre à la perfection les différentes œuvres.
Sa dextérité sur le clavier était sidérante. Eblouissante, prodigieuse.
Son phrasé pianistique, le romantisme lorsqu’il fallait le traduire, relevait du grand art.

LA VOIX DU NORD

« Le piano à l’état pur, la grâce, la brillance, l’éclat, la légèreté, l’ampleur »

CONCERTO NET

The Classical Music Network

« … avocate convaincante et passionnée, mise en place remarquable, variété de nuances, richesse de la sonorité, souplesse du jeu, mais aussi dans les pages lentes, à créer un climat étrange, las et mystérieux. »

 

LA MONTAGNE

« L’artiste a littéralement envoûté le public.
Désarmante par son aisance et sa simplicité, la jeune pianiste n’a pas mis longtemps à entraîner son public dans un tourbillon de rêverie.
Forte d’un toucher extrêmement délicat, la pianiste fait preuve d’une parfaite technicité.
Sans jamais se départir de sa grâce, la pianiste déborde d’émotions. Sa fureur intériorisée laisse éclater un océan de tonalités.
Celle qui n’a commencé le piano qu’à neuf ans, n’a plus rien à prouver. Plus que la perfection, Emmanuelle Swiercz incarne l’amour du piano. »

QOBUZ

Son jeu flamboyant, empli de passion et teinté de mystère, a vite conquis la critique comme le public. Un an plus tard, le même label publiait un recueil Schumann associant le Carnaval et les Bunte Blätter, dont elle livrait une vision étincelante, pleine d’étoffe et de caractère, dans une complicité charnelle avec le compositeur. 

RESMUSICA

Une jeune pianiste qui sait, sans chichis ni minauderies, défendre et interpréter cette musique. On retrouve ces mêmes qualités, simplicité, respect du texte, intelligence de l’analyse, alliées à une maîtrise sans failles du clavier, dans les œuvres de Chopin et Liszt.
Emmanuelle Swiercz, retenez bien ce nom : elle n’aura pas besoin de vivre avec les loups ou de parsemer son clavier de roses pour qu’on continue à parler d’elle.

GRAND PIANO

« Une interprète lumineuse, solide et inspirée »
Jeu puissant et subtil à la fois, palette de couleurs sonores d’une richesse exceptionnelle, …du grand art !

LA LETTRE DU MUSICIEN

“Une musicienne à suivre, notamment pour son sens de la narration, qualité rare aujourd’hui”

LE FLANEUR

Récital « Flâneries Musicales de Reims »
Retenez bien le nom de cette jeune pianiste.
Emmanuelle Swiercz possède une précision, une intensité et une maturité que peu de jeunes talents possèdent. Un des coups de cœur du festival à découvrir dans un récital tout en contrastes.
Emmanuelle Swiercz impose une belle subtilité dans ses interprétations, une sonorité pleine et charnue avec un sens des nuances, des couleurs et de la pureté mélodique qui témoignent de capacités musicales irréprochables.

LA LETTRE DU MUSICIEN

Salle Pleyel
La grâce de son jeu dans le 4ème Scherzo et surtout la Berceuse opus 57, diaphane.

 

Le REPUBLICAIN LORRAIN

concert à l’Arsenal de Metz
« Coup de cœur, Emmanuelle Swiercz et son challenge rachmaninov.
Impérieux et impérial.
Beauté sereine, inspirée, solitaire et méditative. Emouvant point d’orgue. »

LIBERATION

« L’Orchestre de Novossibirsk avec Emmanuelle Swiercz au piano ouvrait la voie, répondant avec simplicité et une fraîcheur désarmante. Elle fit passer le courant avec optimisme, vitalité et intériorité. »

LA LETTRE DU MUSICIEN

« Dans le Carnaval de Schumann, Emmanuelle Swiercz, conquérante, parvient même à évoquer la version de Rachmaninov, si claire et dominée jusqu’au bout. Quel son dans Chiarina et Chopin ! Une interprète qui évolue remarquablement bien et doit être suivie. »